Éditions Fradet


14-18 dans la Marne au jour le jour

AOUT 1914

SEPTEMBRE 1914

OCTOBRE 1914

NOVEMBRE 1914

1er novembre 1914. – Reims. –
 Les Allemands célèbrent le jour de la Toussaint par l’envoi d’obus dans les 2e et 3e cantons.
    – Fismes. – Bombardement par avion : les bombes tombent près de l'église, du collège, du groupe scolaire transformés en ambulance, de l'hospice; dégâts matériels.

2 novembre 1914. – Reims. – La commémoration des morts est de même célébrée au bruit des canons qui tonnent à qui mieux mieux, dominant les notes qu’égrènent les cloches. Vers 11 heures du matin, des obus s’abattent sur la ville et jettent de nouveau l’émoi dans la population.

4 novembre 1914. – Châlons. – Le nommé Binsfeld, 43 ans, est condamné à la peine de mort pour manœuvres avec l’ennemi.
    – Verzy. – Les Allemands envoient une vingtaine d’obus sur la commune.

5 novembre 1914. – Le hameau de Sapigneul, dépendance de Cormicy, que les Allemands possédaient, est réoccupé par nos troupes.

6 novembre 1914. – Reims. – Des obus sont encore lancés vers 11 heures du matin ; craignant la violence du bombardement des jours précédents, une grande partie de la population s’abrite dans les caves ou gagne les alentours de la ville, vers la Haubette.

8 novembre 1914. – Reims. – Visite de M. Viviani, président du Conseil des ministres ; il remet à M. le Dr Langlet, maire, la croix de la Légion d’honneur, et se rend compte des dégâts accumulés par le bombardement continu des Allemands.

10 novembre 1914. – Nos troupes avancent dans la région de Loivre.    – Reims. – On entend la canonnade et le sifflement des obus à partir de 10 heures du soir ; ceux-ci causent des dégâts assez importants.

12 novembre 1914. – Reims. – Le bombardement reprend avec une violence extrême : à 8 heures du matin, des bombes tombent près du cirque et de l’Hôtel Continental ; de 10 heures à 11 heures du soir, une grêle de projectiles s’abat sur la ville.

16 novembre 1914. – Puisieulx. – Un berger, Alfred Durot, est condamné par le Conseil de guerre à la peine de mort pour trahison et exécuté.

18 novembre 1914. – Reims. – La ville est encore bombardée avec violence. 17000 litres de vin s’écoulent sur la chaussée des réserves d’un magasin d’alimentation.
    – Courville. – Un taube atterrit dans les carrières, non loin de la ferme de la Bonne-Maison; les aviateurs sont faits prisonniers et dirigés sur Fismes.

21 novembre 1914. – Reims. – Dans la nuit et la matinée, les obus ennemis font de nouveaux et grands ravages ; sont atteints le théâtre et plusieurs maisons place du Palais de Justice, rues Chanzy, des Capucins, etc. ; deux blessés dont l’un grièvement.

23 novembre 1914. – Reims. – Le bombardement se pousuit jour et nuit presque sans interruption ; nouveaux dégâts rues de Talleyrand, Châtivesle, des Consuls, place d’Erlon, etc. L’église Saint-Thomas est atteinte.
    – L’usine d’électricité cesse de fournir l’éclairage et la force motrice.
    – Verzenay. – Bombar-dement de la localité; une vingtaine de maisons sont atteintes par les obus allemands.

28 novembre 1914. – Reims. – Les Allemands ne cessent de bombarder la ville ; on constate des dégâts importants aux monuments publics et édifices religieux
    – Cormontreuil. – Bombardement violent; 27 soldats sont tués; plusieurs maisons sont détruites.

Dernière mise à jour :
31/12/2014


VIENT
DE PARAÎTRE


le_poilu_troglodyte_couv%20_7,06.jpg

Le Poilu Troglodyte
Chronique de la vie ordinaire
dans les tranchées
de Champagne
et d’ailleurs en 14-18

par Dominique Fradet




 



DÉCEMBRE 1914

3 décembre 1914. – Reims. – Le Journal Officiel publie le décret nommant chevalier de la Légion d’honneur M. le Dr Langlet, maire de la ville depuis 1908, avec la mention : «Conduite héroïque devant l’ennemi.»

4 décembre 1914. – Reims. – Violent bombardement qui atteint tous les quartiers et cause de graves dommages matériels.
– Hermonville. – La commune est bombardée, notamment le quartier de l’église.

8 décembre 1914. – Reims. – À 2 heures de l’après-midi et à la nuit tombante, reprise du bombardement ; les obus allemands atteignent les «Docks» qui semblent être visés.

13 décembre 1914. – Reims. – Visite du président de la République : il félicite le maire, M. le Dr Langlet, les membres du conseil municipal, restés à laur poste, ainsi que M. Raissac, secrétaire en chef, de leur courant et de leur dévouement. Il remet 5.000 francs pour les pauvres.

14 décembre 1914. – Reims. – Vive canonnade de part et d’autre ; le quatrième canton est bombardé.

15 décembre 1914. – Reims. – Tempête, pluie mêlée de grêle. Canonnade intermittente ; quelques obus sur le 3e canton.

Journal humoristique, littéraire, artistique de la vie des Troglodytes conçu sur le front de Champagne à l’initiative du médecin-chef du 108e régiment d’infanterie territoriale, Aristide Vève, Le Poilu fut un des tout premiers canards à éclore dans les tranchées françaises en 14-18. C’était le 15 décembre 1914, du côté de Mourmelon-le-Petit...

16 décembre 1914. – Reims. – À l’ouest et au nord de la ville, la canonnade, d’une violence extraordinaire, est continuelle. À quatre heures de l’après-midi, les Allemands lancent quelques obus sur les quartiers extrêmes.

17 décembre 1914. – Reims. – La nuit du 17 au 18 peut compter parmi les plus terribles Bombardement de 4 heures du soir à 6 heures du matin, atteignant tous les quartiers ; plusieurs victimes.

20 décembre 1914. – Marne – Progrès à Perthes et à Beauséjour : 800 mètres de tranchées allemandes sont enlevées ; nous occupons la crête du calvaire au nord du ruisseau du Marson.

21 décembre 1914. – Marne – Nous poursuivons nos gains à Perthes et consolidons nos positions à Beauséjour.
    – Reims. – La ville est furieusement bombardée : nombreuses victimes et importants dégâts.

22 décembre 1914. – Marne – Quinze cents mètres de tranchées ont été pris aux abords de Perthes ; la dernière ligne est enlevée et nous nous emparons d’une section de mitrailleuses, avec son personnel, de caisses de munitions et d’un canon sous coupole.
    – Reims. – Violent duel d’artillerie. Le bombardement recommence avec violence sur différents points ; le faubourg de Laon est surtout visé ; on compte sept ou huit personnes tuées ; plusieurs blessés.
    – Dizy-Magenta. – Le nommé Bruno Maxheim, mécanicien, est condamné à la peine de mort pour trahison.

Le Courrier de la Champagne, 22 décembre 1914. – Pour que nos soldats aient chaud. – Nous lisons dans Le Gaulois : L’Agence Havas nous communique la note suivante: L’administration militaire a envoyé jusqu’à ce jour, sur le front, les quantités suivantes d’effets d’hiver à distribuer aux armées : couvertures, 1.970.000 ; tricots, 2.050.000 ; ceintures longues de laine ou de flanelle, 2.170.000, paires de chaussettes, 2.280.000, passe-montagnes ou cache-nez, 350.000 ; paires de gants, 1.250.000.

25 décembre 1914. – Marne – A Perthes-les-Hurlus, nos succès des jours précédents décident l’ennemi à amener des renforts de ce côté et leur arrivée est le signal de contre-attaques, menées avec des effectifs importants, contre les positions conquises par nos troupes. Ces attaques commencent dans la nuit du 24 au 25 et se continuent toute la journée à l’ouest de Perthes, sur un front de 1.500 mètres ; notre infanterie et nos mitrailleuses les accueillent par un feu si meurtrier qu’elles sont immédiatement arrêtées. Nos batteries interviennent alors et achèvent la déroute de l’ennemi. Plusieurs centaines de cadavres sont trouvés en amont de nos lignes (Lieutenant-colonel Rousset).
    – Reims. – Canonnade et fusillade toute la nuit et tout le jour ; des taubes lancent des bombes qui ne font aucun dégât. Le soir, 21 obus tombent sur le 3e canton.

29 décembre 1914. – Reims. – Violente tempête causant d’importants dégâts en ville.

30 décembre 1914. – Marne – La ferme d’Alger est l’objet d’une attaque de l’ennemi ; celui-ci réussit à faire sauter une de nos tranchées, mais une contre-attaque, à la baïonnette, de nos troupes lui inflige une perte de 70 hommes sur 100.

31 décembre 1914. – Reims. – Les Allemands ne veulent pas terminer l’année sans causer de nouveaux dégâts et la mort d’innocentes personnes ; des obus sont lancés sur le 2e canton ; deux tués, trois blessés.


© Éditions Fradet, 2014. Tous droits réservés.



Postkarte. Beschiessung von Reims. / Carte postale allemande.  Le bombardement de Reims.