Éditions Fradet
1
6, bd de la Paix - 51100 REIMS
Tél : +33 (0)9 60 00 67 17
Tél / Fax : +33 (0)3 26 88 63 66

 

 

1911 en Champagne,
chronique d'une révolution
Dominique Fradet


Table des matières

1. À bas la bibine!
2. Roulements de tambour
dans la Vallée.
3. Sabotages en règle.
4. Gloire au champagne!
5. L’Aube se réveille.
6. Les Aubois voient rouge.
7. Tous à Troyes!
8. La colère des Marnais.
9. Un boulevard en flammes.
10. Vision tragique.
11. La Marne sous le choc.
12. L’Aube ne désarme pas.
13. C’était la faute au Sénat.
14. La voiture mystérieuse.
13 x 20,5 cm - 192 pages
29 photos hors-texte



 

 

La Marne est satisfaite

Epernay, 4 juin. – Du correspondant particulier du "Matin" (par téléphone) – Quelle est l'impression produite dans le vignoble par la note publiée ce matin dans la presse relativement à l'avis formulé hier par le Conseil d'Etat sur la question de la délimitation ? C'est ce que j'ai voulu savoir au cours d'une longue randonnée, tant dans la vallée de la Marne que du côté de la Montagne-Blanche.

En ce jour de repos ensoleillé, les villages accrochés au flanc des coteaux où passent, monotones et graves, les soldats, m'ont paru plus animés que ces derniers temps où les vignes seules étaient entourées, tandis que les maisons étaient presque désertes. Anxieusement on avait attendu, en vain, toute la soirée d'hier, des nouvelles de Paris.

Aujourd'hui, vers midi, quand arrivèrent les journaux de la capitale, les colporteurs furent littéralement assaillis. Des groupes se formaient, qui commentaient avec une sympathie toute particulière l'article si précis et si documenté du Matin.

En résumé, le maintien de l'ancienne délimitation et des mesures complémentaires si le Conseil d'Etat se prononce dans ce sens est de nature à satisfaire dans une large mesure le vignoble champenois et à y hâter l'apaisement.
Cette impression me paraît d'ailleurs partagée dans les milieux officiels, puisqu'on y envisage déjà, à l'occasion de la prochaine relève des troupes, une réduction sensible des forces militaires qui, depuis deux mois, occupent le vignoble.


Reims, 4 juin. – Du correspondant particulier du "Matin" (par téléphone) – Aujourd'hui, dans la région de Reims, lorsqu'on a eu connaissance par le Matin des mesures prises par le Conseil d'Etat, pour que les vins de la 2e zone ne puissent se marier avec ceux de la 1ère zone et être catalogués sous le nom de Champagne, on a enfin, et pour la première fois depuis longtemps, manifesté quelque joie.

Cette disposition, qui donne amplement satisfaction aux desiderata des vignerons et des commerçants a été accueillie avec une grande satisfaction.


Le Matin, 5 juin 1911.


1911 en Champagne au fil des jours dans la presse de l'époque