Éditions Fradet
Reims

Dernière mise à jour :
7/6/2018

Reims : 50 ans de vie rémoise  

50 ans de vie rémoise
1950-2000

Alain Moyat





Entre L'Union et Cabu,
une histoire d'amour


    Le trait manque encore de fermeté, mais le dessin daté et la signature J Kbu qu'ils découvrent depuis la fin de l'année 1953 ne manquent pas de faire sourire ou de provoquer l'ire des lecteurs rémois de l'union. Découverte humoristique des Champenois en vendanges, des supporters du Stade, des touristes en visite à Reims, clin d'œil sur la polémique opposant les fontainistes aux antifontainistes, c'est-à-dire ceux qui veulent conserver la fontaine Subé et ceux qui veulent la détruire : à 15 ans, le châlonnais Jean Cabut s'amuse comme un fou avec ses dessins noir et blanc.

    Son père Marcel, professeur à l'École nationale des arts et métiers, peint tout en douceur, le dimanche, un peu à la façon du photographe Hamilton. J Kbu abandonne l'aquarelle. Préfère le trait qui tue.

    J Kbu : la signature déjà est un clin d'œil pour celui qui prêtera son talent pour illustrer plus tard la campagne antialcoolique lancée par le le Comité d'éducation pour la santé.

    L'étudiant illustre plusieurs dizaines de reportages, travaille la caricature pour les bureaux de Châlons-sur-Marne avec Jean-Loup Lafond, Épernay, Reims.

    Le ministère des Armées l'arrête dans son élan en lui octroyant un séjour gratuit de 27 mois en Algérie, en 1958. Dans le djebel, l'appelé prend même le temps d'envoyer un dessin de «Duduche» au journal. La passion, on vous dit!

    «l'union m'a bien aidé», rappelle régulièrement celui qui signe désormais Cabu. «Surtout Jean-Marie Boëglin qui a passé mes premiers dessins.»

    Découverte à Paris de Hara-Kiri en 1969, de Charlie Hebdo, succès sur le petit écran avec Maraboudficelle, L'Invité du jeudi, etc., Cabu pourra encore remercier l'union au début des années 1980 quand Roger Fressoz, directeur du Canard Enchaîné, ancien pigiste de l'union, lui ouvrira les portes du plus grand journal satirique français.

    Extrait de
50 ans de vie rémoise 1950-2000 d'Alain Moyat. © Éditions Fradet, 2000. Tous droits réservés.





L'histoire de Reims

1954_cabu_reims_erlon.jpg
"Faut-il détruire la fontaine Subé ?"
titrait
l'union en février 1954.
K-BU s'amusait de cette
polémique
qui agitait Reims.