Éditions Fradet

 



Reims : 50 ans de vie rémoise  

50 ans de vie rémoise
1950-2000

Alain Moyat


Commandez
50 ans de vie rémoise
1950-2000
en ligne :
fnac.com
ou
auprès de l'éditeur



 



50 ans de vie rémoise : 1950-2000

1950-1951
— Stade de Reims : deux éclairs pour une coupe
— Parti avec l'Alfa-Roméo N°4, Fangio gagne avec la 8
— Le président Auriol récompense la ville
REPÈRES
IMMATRICULATION. — Avril 1950. Nouvelle immatriculation des voitures dans la Marne : le nombre 51 remplace les lettres K et J.
PORT COLBERT. — Mai 1950 : la Chambre de commerce et d'industrie Reims-Épernay fête ses 150 ans et inaugure le port Colbert dont les terrains avaient été achetés en... 1914. Si la moitié de la darse a été creusée en 1925, les travaux avaient été interrompus de 1926 à 1948.
LÉGISLATIVES. — 727 listes regroupant 3940 candidats sont en lice en France pour les élections législatives du 18 juin 1951. Sont élus sur les circonscriptions rémoises : Pierre Schneiter (Mouvement républicain populaire, député sortant, ministre de la Santé) et Pierre Clostermann (Rassemblement du peuple français).
cantonales. — Dans le 2e canton, Marcel Falala (RPF) bat Charles Lépagnol (PCF). Dans le 3e canton, Mme Detrée (MRP) bat René Tys (PCF).
TOUR DE FRANCE. — La première étape du 38e Tour de France (Metz-Reims) est remportée par le suisse Guivanni Rossi réalisant les 185 kilomètres en 5h23’10’’.


1952-1953
— De Max Holste à Reims Aviation : l'aéronautique rémoise à tire-d'aile
— Kopa, le Napoléon du football français
REPÈRES
CHÔMAGE. — S'il y avait officiellement 472 «sans travail» en 1948, il y en a eu 1300 enregistrés en 1953, soit 4,5% de la population active.
CONTRAVENTIONS — En 1953, les gardiens de la paix ont dressé 1588 contraventions : 1037 à des automobilistes, 53 à des motocyclistes et 498 à des cyclistes.
DÉMOGRAPHIE — Depuis 1950, à Reims, deux fois plus de naissances (2606 en moyenne) que de décès (1238). Il naît plus de garçons que de filles.
GRÈVE — Le 25 août 1953, les cheminots reprennent le travail après 15 jours de grève.
SANTÉ. — Inauguration du Centre de prématurés de la maternité Auguste-Brindeau au CHU.


1954-1955
— Entre l'union et Cabu, une histoire d'amour
— Télévision : une aussi longue attente
REPÈRES
CANTONALES. — Avril 1955 : élection de M. Ledoux (Indépendant) dans le 1er canton et de M. Kinet (PCF) qui bat le maire sortant, René Bride.
GAZ — La ville est alimentée en gaz de Hollande.
TÉLEPHONE. — Août 1954 : amélioration de l'exploitation interurbaine du central de Reims. En faisant le 15, l'abonné commu


1956-1957
— Crise municipale : René Bride démissionne
— Michel Delaître, instituteur : «L’école a bien changé»
REPÈRES
CREPS. — Mai 1956 : «Le temps de la gymnastique en chandail est terminé.» Le Creps est né au 8, rue de Sillery, pour former les cadres des activités physiques. «Le Creps révolutionne l'éducation des corps. (...) Il doit préparer une jeunesse tonique apte à affronter l'insondable siècle de l'atome. Il ne s'agit pas de fabriquer des bêtes à compétition mais de former des hommes toniques.»
ÉTAT-CIVIL. — L'état-civil a enregistré 2742 naissances de Rémois en 1956. Le nombre des décès est passé de 1233 en 1956 à 1294 en 1957. Si le nombre des mariages était de 1008 en 1956, il a chuté à 954 l'année suivante.
LÉGISLATIVES. — Fin janvier 1956, 77,72% des Rémois vont voter. Pierre Schneiter (MRP) et René Tys (PCF) sont élus députés.
VIEILLARDS. — (On ne parle pas encore de 3e ni de 4e âge à cette époque). Quatre foyers de vieillards gérés par l'association Entraide 51 permettent «à ceux que l'hiver menace de tuer, de faire provision de chaleur». Ils se trouvent à la Bourse du travail, avenue de Laon, au Secours catholique et à l'Armée du Salut, rue Navier.


1958-1959
— Élu dans un fauteuil en 23 minutes, Jean Taittinger restera maire 18 ans
— Circulation : ça cartonne en ville
— 1958 : l'année du Stade de Reims et de Fontaine
— La folie hula hoop
REPÈRES
RÉFÉRENDUM — 73,22% des Rémois vont voter. Par référendum, ils doivent dire oui ou non à une autodétermination en Algérie. Ce sera un oui massif à 74,70%.
SOUVENIRS — Assassinat du président John Kennedy à Dallas. l'union rapporte que John Kennedy est venu à Reims le 30 mai 1939. Reçu dans les caves Pommery-et-Greno par le marquis Melchior de Polignac, il a mangé du coq au vin de Bouzy et bu du Pommery 1929.
CANTONALES — Ledoux (CS) bat Mme Billa dans le premier canton. René Bride devance Kinet (CS) dans le 4e canton.


1960-1961
— Il était une fois François Marty, un archevêque et une 2 CV
— Nikita Khrouchtchev souffle le chaud et le froid
— Jean Falala entre en scène
— Reims et la môme Piaf : une longue histoire d’amour
REPÈRES
JUMELAGE. — 28 novembre 1960 : un fax de l'Agence France Presse émanant de Brazzaville annonce que le Congo est désormais jumelé avec Reims.
SPORT. — Décembre 1960 : l’Union sportive de l’amicale laïque fondée en 1945 compte 4000 licenciés.
— Janvier 1961 : Paul Roux bat Kopec et reste champion de France.
ACCIDENT. — François, le frère du maire Jean Taittinger, se tue en voiture. Il avait 39 ans.
Élections. — Juin 1961. Élections cantonales : au second tour, C. Ledoux l'emporte dans le 1er canton devant Mme Billa, tandis que René Bride bat Kinet dans le 4e canton.
POLICE. — Octobre 1961 : création d’un commissariat de voie publique pour traiter l’ensemble des accidents.
SANTÉ. — Novembre 1960 : le préfet Simoneau inaugure le foyer post-cure de Reims pour buveurs guéris.


1962-1963

Reims1962.jpg

La rencontre entre le général de Gaulle, président de la République,
et le chancelier Konrad Adenauer, ici en compagnie de Mgr Marty,
fut un événement historique.
Photo L'Union.

— De Gaulle-Adenauer : la Réconciliation
—  Canterbury jumelée à Reims le jour de la fête Jeann d'Arc
—  Un lion en bronze, premier pensionnaire du parc zoologique
— Houvion au zénith pour les 50 ans du parc Pommery
—  Maurice Crubellier a vu naître la fac de lettres
REPÈRES
RÉFÉRENDUM. — Octobre 1962 : «Êtes-vous pour ou contre l'élection du président de la République au suffrage universel?» Sur les 76,94% des électeurs rémois qui se rendent aux urnes, 35058 répondent «oui», 20974 disent «non».
LÉGISLATIVES. — Novembre 1962 : si le maire, Jean Taittinger, est élu dès le premier tour dans la 1ère circonscription (56,30% des suffrages), Roger Raulet (UNR) doit attendre le second tour pour être élu dans la deuxième.
FOUR. — La verrerie Nord Verre inaugure le plus grand four d'Europe. Ses capacités : 102 m2 de surface de fusion pour une production de 185 tonnes en 24 heures (2000000 bouteilles/jour). L'usine, qui en a fabriqué 77 millions en 1962, compte en produire 114 millions l'année suivante.
FROID. — Froid de canard en janvier. La Marne est le département français le plus touché par les barrières de dégel. Pénurie de charbon (anthracite), car les péniches sont bloquées par la glace. Février : le froid bloque les constructions. Le prix des légumes flambe.
URBANISME. — Conclusion d’une enquête menée par la Jeune chambre économique sur le thème : «Faut-il démolir les halles centrales?». La réponse est «oui» avec une large majorité.
AGRICULTURE. — 1963 : inquiétude pour la moisson et course contre la montre pour devancer le mauvais temps.

1964-1965
— Municipales : Jean Taittinger très facilement réélu
— La romance de Bernard Lebon
REPÈRES
CANTONALES. — Surprenantes élections cantonales. Si, dans le 2e canton, Jean Falala (UNR) bat facilement le SFIO Gaston Pattaz, l'élection dans le 3e canton restera un événement. En effet, en ballotage défavorable à l'issue du premier tour,  avec 2242 voix contre 3715 au communiste Tys, l'UNR Roger Raulet est remplacé au second tour par le candidat Jean Taittinger qui s'était pourtant présenté dans le canton de Ville-en-Tardenois et devançait Albert Vecten (candidat d'action sociale et familiale). Le changement de canton ne lui profite pas. La campagne du PCF «pour barrer la route au candidat au pouvoir personnel» est efficace. Jean Taittinger est battu par René Tys de plus de 1000 voix.
DISTRICT. — Juin 1964 : naissance du district urbain de Reims. Il compte 7 communes avec Reims : Tinqueux, Saint-Brice, Cormontreuil, Bezannes, Bétheny et La Neuvillette.
RECONVERSION. — Juin 1964 : c'est en hélicoptère que le ministre de l'Industrie, Maurice Bokanowski, fait une visite à Reims. Il vient se rendre compte du succès de la reconversion de l'industrie de textile SAPRIME (Société anonyme du peignage de Reims et des industries mécaniques de Reims) transformée en fabrique d'armoires frigorifiques sous la tutelle d'Arthur-Martin. Le sigle reste identique mais change de signification : Société Anonyme de Production Industrielle et de Matériel Électro-ménager.
PRÉSIDENTIELLES. — Décembre 1965 : les Rémois participent aux élections présidentielles. Charles de Gaulle en tête dès le premier tour confirme au second tour. Il totalise 53,97% des suffrages contre 46,03% à François Mitterrand. Un score moindre qu'au niveau national (55% à de Gaulle, 45% à Mitterrand).


1966-1967
— Johnny a déménagé, ses fans ont démoli
— Léonard Foujita le baptisé inaugure son chef-d'œuvre de piété
REPÈRES
LÉGISLATIVES. — Au deuxième tour de scrutin, le 12 mars 1967, Jean Taittinger (Ve République) bat Michel Delaître (PCF) avec 56,15% des suffrages exprimés. 76,25% des électeurs se sont rendus aux urnes. Dans le 2e canton, Jean Falala (Ve République) bat René Tys avec 53% des suffrages.
CANTONALES. — Septembre 1967 : au deuxième tour, René Bride (sans étiquette) bat Pipet (PCF) avec 50,86% des suffrages, soit 203 voix d'avance.
INAUGURATION DE LA PISCINE-PATINOIRE. — Décidée en conseil municipal en 1963, la piscine-patinoire, chaussée Bocquaine, est baptisée deux fois. Avec une pré-inauguration en octobre 1967, puis une inauguration officielle début décembre 1967 en présence du ministre des Sports François Missoffe.


1968-1969
— Mai-Juin 1968 : les marmites étudiantes et ouvrières en ébullition
— Roger Crespin : un fidèle de Taittinger
REPÈRES
RÉFÉRENDUM. — 27 avril 1969 : les Rémois disent non au général de Gaulle qui les questionne par référendum pour savoir s'ils veulent la création des régions et la fusion du Sénat avec le Conseil économique et social. A noter ques les arrondissements de Reims, Épernay, Vitry ont dit «non» tandis que ceux de Châlons, Sainte-Menehould avaient voté «oui». Le dimanche soir, de Gaulle annonce qu'«il cesse ses fonctions de président de la République».
PRÉSIDENTIELLES. — Confronté à Alain Poher au deuxième tour des présidentielles, Georges Pompidou le bat avec 61,66% des suffrages à Reims (58,20% au niveau national). Mais 40,9% seulement des électeurs se sont déplacés aux urnes à Reims.


1970-1971
— Municipales 1971 : la balade de l'équipe de Jean Taittinger
— Robert Hossein crée le Théâtre populaire
REPÈRES
ÉLECTIONS CANTONALES. — 8 et 17 mars 1970. Jean Falala (Union démocrate pour la République) est réélu dès le premier tour dans le 2e canton avec 53,37% des suffrages devant Gaudry (PCF). Mis en ballotage dans le 3e canton, René Tys (PCF) l'emporte au second tour avec 53,70% des voix. Il bat François Guyard, député suppléant de Jean Falala. Robert Soudant (centre démocrate) sera élu président du département.
EMPLOI. — Inquiétudes sur le front de l'emploi. Les Établissements Économiques ferment (200 salariés). Thomson, depuis 1956 à Reims, rue Gustave-Laurent, annonce son départ à Fumay (Ardennes). La SAPRIME (filiale d'Arthur-Martin) va arrêter sa production de réfrigérateurs. Bonnes nouvelles avec l'inauguration du bâtiment des Assurances générales de France (400 emplois), l'arrivée des laboratoires Boehringer et pour 1972 de la Général Foods qui promet 200 emplois en 1972 et «1000 en 1980».
QUARTIER DE L'EUROPE. — Inauguration du quartier de l'Europe en juin 1970 par le secrétaire d'État Robert-André Vivien. Huit mille habitants apprécient le quartier où ont été édifiés 2300 logements sans sacrifier la chlorophylle.
SANTÉ. — Le Centre régional de lutte contre le cancer va être baptisé Jean-Godinot, du nom du chanoine rémois (1661-1749) qui s'est penché sur le sort des «cancérés».

1972-1973
— Ouverture du palais archiépiscopal
— Patrick Demouy : «Une course contre la montre pour sauver la cathédrale»
— Mobilisations pour redonner vie à la Vesle
REPÈRES
ARRIVÉES. — En septembre 1973, un recteur de charme arrive : Mme Alice Saunier-Seïté, auparavant directeur de l'IUT de Sceaux. Elle finira ministre.
— Mgr Jacques Ménager ancien évêque de Meaux devient le 107e  évêque de Reims.
DÉCOUPAGE. — Le conseil général adopte la création de huit cantons à Reims au lieu de quatre.
LÉGISLATIVES. — Mars 1973. Au deuxième tour de scrutin, avec 54,11% des voix, Jean Taittinger (URP) bat René Tys (PCF) dans la 1ère circonscription. Jean Falala bat Michel Delaître (PCF) avec 53,82% des suffrages.
MINISTRE. — 5 avril 1973 : Jean Taittinger, député-maire de Reims, vice-président de la commission des finances en 1968, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances en 1971, puis secrétaire d'État au Budget, est nommé Garde des sceaux, ministre de la Justice dans le 2e gouvernement Messmer.
POSTE. — Lors de la 39e foire-exposition (1972), le code postal est présenté sur le stand des PTT.
RÉFÉRENDUM. — Avril 1972 : référendum sur l'entrée dans le Marché commun de la Grande-Bretagne, de la Norvège, du Danemark, de l'Irlande. Les Rémois disent «Oui» à 66,55% , mais il y a 46% d'abstentions et 10,6% de bulletins nuls.

1974-1975
— Tangerine Dream «party» à la cathédrale
— Piscine-patinoire du Nautilud : l'histoire d'un équipement maudit
REPÈRES
PRÉSIDENTIELLES. — Avril 1974 : Taittinger, Chirac, Lecat, Stirn lancent un appel pour un candidat unique de la majorité aux présidentielles. Le 5 mai, au premier tour de scrutin à Reims, Mitterrand (47,04% des voix) devance Valéry Giscard d'Estaing (32,66%) soutenu par Taittinger. Le candidat qui se revendique du gaullisme, Chaban Delmas, ne fait que 11,89% des suffrages. Si, au second tour, Giscard d'Estaing devient président de la République avec un score de 50,90% au niveau national, les Rémois ne lui avaient pas accordé la majorité. Mitterrand l'avait devancé avec 52,98% des voix.
SÉNATORIALES. — Septembre 1974 : élection de Maurice Prévoteau (Union centriste) et de Marcel Lemaire (Indépendant).
CHAMPAGNE. — En 1975, les ventes de champagne ont diminué de 25% (35% à l'exportation).
CHOC PÉTROLIER. — A la suite de la hausse du prix des carburants décidée par Téhéran, chasse à l'essence qui coûte 1,62F le litre et le super 1,75F. Le district décide de réduire l'éclairage public.
DÉMISSION. — Avril 1975 : conseiller régional, conseiller général, président du district et du syndicat intercommunal du secteur de Gueux, Albert Vecten démissionne de ses fonctions à la suite d'un différend avec le trésorier-payeur général. Il n'accepte pas qu'à la suite d'une réunion à laquelle n'ont participé que dix des treize maires du secteur, la perception de Villedommange puisse être rattachée à celle de Reims banlieue. Il reprendra vite son poste.
DÉMOGRAPHIE. — Entre 1968 et 1975, la population de Reims est passée de 160201 habitants à 183610, soit un accroissement global de 14,6% et un accroissement annuel de 2%. Reims, 17e ville de France en 1968, accède au 14e rang. La population du district qui était de 174124 habitants passe à 202834 habitants.
URBANISME. — Mai 1975. Par 21 voix pour, 2 contre et 3 abstentions, le district donne un avis favorable au projet de Sdau. «Nous donnons un coup d’arrêt à la croissance de l’agglomération sur elle-même», commente le président Jean Taittinger.

1976-1977
— Pierre-Emmanuel Taittinger : «Mon père, un bâtisseur passionné, un travailleur acharné»
— Mars 1977 : Claude Lamblin (PC) s'empare de la mairie


1978-1979
— 1978-1992 : le Stade de Reims a failli mourir deux fois
— 1979 : la communauté israélite fête le centenaire de la synagogue
REPÈRES
ÉLECTIONS LÉGISLATIVES. — Mars 1978. Après avoir éliminé le parachuté RPR Kociusko-Morizet au premier tour de scrutin, Jean-Louis Schneiter (CDS), avec 54,08% des suffrages, devance le communiste Claude Lamblin dans la 1ère circonscription. A noter que le candidat centriste était battu par le maire sur Reims-ville. Dans la 2e circonscription, en ballotage favorable à l'issue du premier tour, Jean Falala (RPR), avec 56,14% des voix, bat Michel Delaître (PCF). Quelques jours plus tard, Jean Falala fait savoir qu'il pourrait conduire une liste aux municipales de... 1983.
INAUGURATIONS. — Juin 1978. Inauguration par Claude Lamblin de la Maison régionale des syndicats décidée en 1975 par Jean Taittinger. Coût des travaux : 9MF dont 20% financés par le département.
— Juin 1978 : pour 291000F de travaux, la ville, moyennant un loyer annuel de 9,60F le mètre, met à la disposition d'une trentaine d'associations la Maison des sociétés, 122bis, rue du Barbâtre, dans une aile de l'ancien hospice Museux.
CENTENAIRE. — 1978 : année des centenaires au Centre Colbert, à la Société médicale rémoise ainsi qu’à l'église Sainte-Geneviève.
ÉLECTIONS CANTONALES. — Mars 1979. Aucun élu au premier tour. Au second tour, le candidat sortant, Georges Beccue (3e canton), doit céder son fauteuil à l'UDF Jean-Marie Beaupuy qui totalise 54,93% des voix. Dans le 6e canton, Richard Foy (UDF) bat le candidat sortant, Alain Quenel (RPR). Dans le 8e canton, Jean-Claude Fontalirand (PS) conserve son siège contre Frédéric Payen (UDF) avec 62,06% des voix. Dans le 1er canton, Roger Crespin (RPR) est réélu avec 60,50% des suffrages.
PLANÉTARIUM. — Suite au succès d'une exposition organisée à la Maison de la culture sur le thème de «La Terre» avec la présentation d'un planétarium, Claude Lamblin et son conseil décident de dégager 550000F pour installer à Reims un planétarium, «remarquable outil pédagogique» permettant sous une coupole de 8 m de diamètre de voir par projection les corps célestes et leurs mouvements.
ÉLECTIONS EUROPÉENNES. — Juin 1979. 53,11% de participation à Reims. La liste UFE (Veil) totalise 24,65% des voix, la liste du PCF 24,44%, le parti socialiste 19,93%, la liste DIFE (Chirac) 18,26%, Europe écologie 6,53%, Laguillier 2,59%.

1980-1981
— Plan de circulation, rues piétonnes : la gauche bouleverse les habitudes
— Le musée Saint-Remi ouvre sa première salle
REPÈRES
ÉLECTIONS CANTONALES. — Mars 1980 : à la suite du décès de René Tys, des élections cantonales partielles ont lieu dans le 7e canton. A l'issue du premier tour de scrutin, Michel Voisin (PS) devance Claude Derycke (PCF) de 513 voix et totalise 39,46% des suffrages. Le candidat communiste s'étant désisté au second tour au profit de Michel Voisin, celui-ci est aisément élu, mais 76,11% des électeurs n'ont même pas fait le déplacement.
ÉLECTIONS PRESIDENTIELLES. — Avril 1981 : ballotage au premier tour de scrutin. A Reims, Valéry Giscard d'Estaing devance Mitterrand avec 26,62% des suffrages contre 24,78%. Forte mobilisation de la gauche au second tour puisque Mitterrand, élu sur le plan national avec 52,06%, fait encore un meilleur score à Reims avec 53,45%
ÉLECTIONS LÉGISLATIVES. — Juin 1981. Dans la 1ère circonscription, Jean-Louis Schneiter (UNR-UDF), qui obtient au premier tour un meilleur score que chaque candidat de gauche, est battu au second tour par Georges Colin (PS) qui totalise 56,60% des suffrages. Dans la 2e circonscription, Jean Falala, candidat sortant, retrouve son siège avec 52,16% des suffrages. A noter pourtant que Jean Falala est largement battu par François Letzgus (PS) sur le secteur Reims-ville.

1982-1983
— Municipales de 1983 : la droite unie, une gauche déchirée
— Première mondiale pour les aérostiers
— Mitterrand nuitamment


1984-1985
— Philippe Charbonneaux ouvre un musée de l'Automobile
— Dioxine-sur-Reims : le pire nous tient toujours en haleine...
REPÈRES
Cantonales (mars 1985). — Quatre sièges sur six sont remportés par les candidats de l'opposition UDF-RPR dès le premier tour de scrutin. Pierre-Emmanuel Taittinger l'emporte devant Gilles Denis (PS) avec 55,09% des voix. Dans le 3e canton : réélection de Jean-Marie Beaupuy avec 55,22% des suffrages, qui devance la socialiste Suzanne Daugan (23,36%). Richard Foy est réélu avec 54,19% des voix devant la candidate du PS, Christine Michel (22,30%). Enfin, dans le nouveau Xe canton, Jean-Claude Thomas l'emporte dès le premier tour aussi avec 51,81% des voix face au socialiste Alain Bisteur (22,99%).
La gauche mobilise pourtant au second tour et les deux candidats socialistes en ballotage l'emportent dans leur circonscription : Jean-Claude Fontalirand avec 57,44% dans le VIIIe canton face à Henry Roger (opposition UDF-RPR) et Jean-Claude Laval avec 52,39% face à Gilles Ferreira (opposition UDF-RPR)
Projet d'usine center (1985). — Le député-maire Jean Falala opposé au projet d'Usine center présenté par le groupe rhodanien de construction et soutenu par Jean-Louis Schneiter. Il s'agissait d'implanter sur 18000 m2  des magasins de bricolage, des commerces de vêtements, etc. le long de la RN 44, route de Châlons : un projet annonçant la création de 350 emplois.
Essence. — Guerre de rabais de l'essence dans les supermarchés. Les pompistes bloquent des hypermarchés.
presse. — Le tribunal de commerce retient la candidature de Philippe Hersant (France Antilles) pour la reprise du journal l'union.


1986-1987
— L’ange a frémi!
— Les douze travaux d'Édouard Balladur
REPÈRES
17 Mars 1986 : un vote, deux scrutins, un seul tour. —  Il a fallu racheter des urnes et des isoloirs. Comme tous les Français, 96059 Rémois sont invités à aller voter deux fois. Pour désigner le même jour leurs députés et leurs conseillers régionaux. Les campagnes ont été dures, pleines de surprises. A droite, apparition surprise de Pierre-Emmanuel Taittinger, le fils de l'ancien maire de Reims, qui présente une liste «Pour l'avenir de la Marne» pour chaque scrutin et se prononce en faveur de Raymond Barre. Le RPR et l'UDF partent en ordre dispersé aux législatives. Aux régionales, Jean-Marie Beaupuy (PR) crée la zizanie au centre en présentant une liste. Le PS et le PCF font chacun leur liste.
Résultat : le Parti socialiste sort grand vainqueur de ces élections. La désunion RPR-UDF coûte le siège de Jean-Louis Schneiter. Le PR prend une claque aux régionales.
Législatives. — Le PS arrive en tête avec 32,21% des suffrages devant le RPR (28,33%), l'UDF (10,58%), le PCF (10,50%), En avant pour la Marne (8,46%), le FN (8,51%). Jean Falala (RPR) et Georges Colin (PS) sont élus.
Régionales. — Le PS arrive en tête avec 29,07% des voix, suivi du RPR (19,77%), de l'UDF (12,39%), du PCF (13,89%), d’En avant pour la Marne (11,46%), du PR (4,06%). Sont élus : Jean-Claude Étienne (RPR), Jean-Claude Fontalirand, Hubert Carpentier, Marie-Ange Petit Rahola pour le PS, Claude Lamblin pour le PCF et, pour «L'Avenir Marne», Pierre-Emmanuel Taittinger, qui se désiste aussitôt en faveur de Bernard Cames.


1988-1989
— Les forains bloquent la ville
— Municipales de 89 : (presque) les mêmes, et on recommence
— La fontaine Subé


1990-1991
— Classement des Halles : l'arête a du mal à passer
— Projet de tramway : Jean Falala droit dans le mur
— Armée : le 1er GC anéanti d'un coup... de plume


1992-1993
— Acquittement de la boulangère : plusieurs nuits d'émeute en ville
— Le ventre de la place d’Erlon offre 650 places de stationnement
REPÈRES
ÉLECTIONS CANTONALES. — Mars 1992 : Serge Kochmann (UDF-RPR) bat M. Hébrard (PS) au second tour dans le premier canton avec 66,04% des suffrages. Troisième canton : Jean-Marie Beaupuy (UDF-RPR) devance Albert Musso (PS) au second tour avec 69,31% des voix. Sixième canton : pas de victoire au premier tour pour Richard Foy (UDF-RPR), élu facilement au second avec 80,59% des voix face à un adversaire Front national, Colette Ambrard. Courte victoire au second tour pour Alain Lescouet (PS) qui bat Gabrielle Nguyen (UDF-RPR) dans le huitième canton avec 50,53% des voix. Dans le neuvième canton, Gilles Ferreira (RPR-UDF) devance J.-C. Laval (PS) avec 56,21% des suffrages.
ÉLECTIONS RÉGIONALES. — Mars 1992 : 57,79% de participation à Reims où la liste RPR-UDF (36,78% des suffrages), devance la liste du Parti socialiste (17,6%), le Front National (14,7%), le Parti communiste (8,9%), Génération écologie (8,6%).
BOULEVARD DES TONDEURS. — Ouverture en mai 1992 de la première tranche du boulevard des Tondeurs de la RN 51 (route de Witry) à Bétheny. Coût des travaux : 80MF dont 70% à la charge du district.
PARKING BUIRETTE. — Juin 1992 : ouverture du parking Buirette sur six niveaux : 443 places.
RÉFERENDUM. — Septembre 1992 : 55,97% des Rémois disent «Oui» à Maastricht.
ÉLECTIONS LÉGISLATIVES. — Mars 1993 : Jean Falala (RPR) est élu dès le premier tour dans la première circonscription avec 51,06% des voix devant J.-C. Laval (PS) 14,79%, Jean-Pierre Catte (FN) 12,58% et Claude Lamblin (PCF) 7,88%. Au deuxième tour, dans la 2e circonscription, Jean-Claude Étienne (RPR) bat Michel Voisin (PS) avec 56,59% des suffrages exprimés. Opposé au Front national J. Letouze, Jean-Claude Thomas est élu dans la 3e circonscription avec 70,67% des voix.


1994-1995
— Les Fêtes johanniques
— Municipales de 95 : la gauche s'effondre, Falala triomphe
REPÈRES
ÉLECTIONS CANTONALES. — Mars 1994. Francis Falala doit attendre le second tour pour battre le socialiste Alexis Valensi avec 58,89% des voix dans le 2e canton. Reims 4 : Jean-René Maillard (PS) bat Edmond Béchambès (RPR) de 3 voix au second tour. A la surprise générale, François Legrand avec 51,85% des voix devance Hubert Carpentier dans le 5e canton. Sans faute pour Michel Voisin (PS) qui gagne au premier tour dans le canton de Reims 7. Jean-Claude Thomas (RPR) devance Christine Kutten au second tour sur Reims X.
CANTONALES PARTIELLES. — A la suite du décès accidentel à moto de Gilles Ferreira, conseiller général, adjoint au maire, sept candidats se présentent aux cantonales partielles organisées en novembre 1995 dans le IXe canton. Dans un scrutin marqué par une énorme abstention, Jean-Claude Laval (PS) devance Laurent Marchwant (sans étiquette) et obtient 55,53% des suffrages exprimés.
ÉLECTION PRESIDENTIELLE — Avril-Mai 1995. Si Jospin (PS) devance Chirac sur Reims avec 23,35% des voix contre 21,05%, le candidat socialiste est loin du score de Mitterrand au premier tour (37,05%). Balladur totalise 17,40% des voix, Le Pen 15%, Arlette Laguillier 6,97%, De Villiers 3,70%. Au second tour, à Reims aussi, Chirac devance Jospin avec 50,73% des voix.


1996-1997
— XVe centenaire du baptême de Clovis : 200000 fidèles autour de Jean-Paul II
— Odette Petit «super mamie»
REPÈRES
ÉLECTIONS LÉGISLATIVES. — Mai-Juin 1997. Ballotage au premier tour de scrutin. Dans la 1ère circonscription Jean Falala, contraint pour la première fois à un second tour, fait son plus mauvais score (37,73%). Hubert Carpentier (PS) : 25,84%. Le FN totalise 14,66%.
Jean-Claude Étienne (RPR), avec 33,13%, devance Jean-Claude Laval (PS) — 26,46% — dans une 2e circonscription qui a voté à 16,59% Front national.
Dans la 3e circonscription, présentée comme une «parachutée», Adeline Hazan (PS) totalise 27,59% des suffrages exprimés contre le député RPR sortant Jean-Claude Thomas (32,03%).
Au deuxième tour, malgré les consignes de boycott du Front national, les trois candidats RPR retrouvent leur siège, Jean Falala (53,48%), Jean-Claude Étienne (50,05%) et Jean-Claude Thomas (51,54%). Cette triple victoire ne constitue pourtant qu'une demi-défaite pour la gauche qui est majoritaire à Reims. La «parachutée» bat Jean-Claude Thomas sur Reims-ville.
COMPLEXE CINÉMATOGRAPHIQUE. — Les projets de complexes cinématographiques pleuvent comme à Gravelotte. Si celui de «Village cinéma» de Cormontreuil (mars 1997) n'est pas confirmé, une lutte au couteau naît entre le projet de complexe cinématographique (12 salles et 2230 places) financé par les deux opérateurs rémois, Gaumont et Opéra, et prévu sur la Zac de Thillois par le district rural de Gueux et le projet du groupe belge Bert soutenu par la ville de Reims (15 salles pour 3400 places à la Neuvillette). Appelée à trancher entre les deux projets, la commision départementale d'équipement cinématographique retient le projet de Thillois. Au grand dam des commerçants rémois et de la municipalité. Annoncée d’abord pour janvier 2000, l’ouverture du multiplexe de Thillois devait finalement avoir lieu dans le courant de l’automne.
REMAFER LIQUIDÉE. — Mise en place des 32 heures payées 39, embauche de personnel supplémentaire : présentée en 1996 comme la vitrine sociale de l'hexagone, l'entreprise Remafer, spécialisée dans l'entretien, la restauration et la réparation de matériel ferroviaire, est liquidée le 16 décembre 1997. Le passif est de 50 MF. 280 salariés sont licenciés. En 1998, le matériel de l'usine est vendu aux enchères. 1999 : l'usine s'en va à petit feu... Le terrain racheté 7,1MF par la société Swift est finalement préempté par la ville. La décision est contestée par les acheteurs qui obtiendront gain de cause au tribunal administratif.


1998-1999
— Avril 99 : malade, Jean Falala quitte la mairie
— L’éclipse du 11 août 1999
— Tempête : la fin du monde durant... une heure et demie
REPÈRES
ÉLECTIONS CANTONALES. — Mars 1998. Ballotage au premier tour. Au second tour, avec 53,2% des voix Serge Kockman (maj départ) bat Éric Hébrard (PS). Dans un canton de Reims 3, où cinq femmes lui étaient opposées, Jean-Marie Beaupuy (maj) devance Marie-Ange Petit ( PS) avec 58,25% des suffrages exprimés. Soutenue par le maire Jean Falala dans le 6e canton, Gabrielle Nguyen (sans étiquette) bat Jean-Claude Fyanot (PS) en totalisant 54,40% des voix. Reims 8 : Alain Lescouet (PS) devance Richard Bosc (maj dép) avec 60,08% des voix. Enfin, dans le canton de Reims 9, le candidat socialiste sortant est aussi réélu. Jean-Claude Laval bat Laurent Marchwant (maj dép) avec 62,10% des suffrages exprimés.
ÉLECTIONS RÉGIONALES. — Mars 1998. La liste RPR-UDF-MPF conduite par Jean-Claude Étienne cède du terrain, mais, avec 35,08% des suffrages exprimés, devance la liste Gauche plurielle de Jean-Pierre Bouquet (28,86%), celle du Front national (17,05%). Plusieurs Rémois sont élus : les RPR Jean-Claude Étienne et Francis Falala, l'UDF Guy Blérot, le divers-écologiste François Legrand, les socialistes Adeline Hazan et François Letzgus, le communiste Claude Lamblin.
ÉLECTIONS EUROPÉNNES. — Juin 1998. Les Rémois boudent les urnes et il y a 60,95% d'abstentions. François Hollande totalise 22,41% des suffrages, Sarkozy 13,64%, Pasqua 12,06%, Bayrou 10,45%, Cohn-Bendit 10,98%. Deux Rémoises siégeront au Parlement européen : Nicole-Thomas Mauro (liste Pasqua) et Adeline Hazan (liste Hollande).


2000
— La dernière cavale de René la Canne
— Jean-Louis Schneiter suspend les délégations de huit élus
— Le TGV-Est européen... à très grande lenteur
— Les vendanges de l’an 2000
REPÈRES
Est-ce le renouveau sportif à Reims? — Les Flammes bleues deviennent championnes de France de hockey sur glace. Le RC Basket monte en pro B tandis que les filles de Saint-Jacques sport se maintiennent en Ligue.
Jeux Olympiques de Sydney. — Six sportifs aux attaches rémoises ont été sélectionnés pour participer aux Jeux Olympiques de Sydney : Eunice Barber (heptathlon), Gilles Bosquet (aviron), Adeline Wuillème (fleuret), Ludovic Dubau (vtt), Stéphanie Vivenot et Audrey Sauret (basket).
ORGUES. — 44 jeux, trois claviers manuels et un pédalier : commandé en 1996 par la ville et l'association Renaissance des grandes orgues de Saint-Remi à Bertrand Cattiaux, l'orgue tout neuf de la basilique Saint-Remi qui a coûté 5,96MF est inauguré en septembre 2000.