Éditions Fradet
Reims




Dernière mise à jour :
24/12/2015

paysremois200.jpg

Le Pays rémois
dans les années 1900

Jean-Pierre Procureur

C'était le pays rémois dans les années 1900
Tenter de faire revivre ce qu'ont vécu nos aïeux n'est pas chose facile. Et pourtant c'est l'entreprise à laquelle se voue ce livre sur le Pays rémois entre le début du xxe siècle et le cataclysme de la Grande Guerre.
Les images prises à l'époque dans les rues de nos villages, de nos bourgs et dans Reims nous transportent comme dans un autre monde.
Pas une auto ou presque dans les rues, pas de fils électriques ou presque dans le ciel, pas de panneaux de signalisation, ni de lignes blanches au sol, ni de panneaux publicitaires.
Des gens partout. Ils poussent leurs brouettes, conduisent leurs carrioles et leurs voitures à bras, marchent à côté de leurs chevaux, se plantent tout simplement au beau milieu de la rue et «taillent une bavette» en discutant des potins du lieu ou des rumeurs du monde. Des enfants jouent aux billes dans la rue. Des moutons tiennent toute la largeur de la route et transforment la chaussée en patinoire avec leurs crottes qui ont toutefois l'avantage de coller la poussière. Des oies se dandinent placidement dans le décor.
Des magasins dans le moindre village. Des artisans dont, au minimum, le maréchal, le boulanger, l'épicier – souvent tenancier d'une succursale du Goulet-Turpin ou du Familistère reliée au réseau de la maison mère : Reims ne fut-elle pas le berceau des magasins à succursales multiples?
Et bien sûr des cafés, un, deux ou trois par village, animés, ouverts tôt le matin jusque tard le soir, faisant recette-buraliste et vendant les cartes postales du coin [...]. Jean-Pierre PROCUREUR.

Lire la suite dans "Le Pays rémois dans les années 1900"


C'était Fismes dans les années 1900
3411 hab. Station de chemin de fer et station du C.B.R. Reims-Fismes. Bureau de poste. Patronne : sainte Macre. Fête patronale : le dimanche qui suit le 3 août. Foires : le 1er samedi de Carême, le dernier samedi de juin, le 2e samedi de septembre et le 1er décembre. Marché : le ler samedi. Passage des facteurs : 3 distributions par jour, dont une le matin, une l'après-midi et une le soir. 737 maisons, 1004 ménages. Superficie du terroir :  1655 ha, dont 1431 en terres labourables et prés, 115 en bois et 45 en vignes. Cours d'eau : la Vesle et l'Ardre. Curiosités : église, fontaine de la place Lamotte, promenade. Sucreries, meunerie, pelleterie, fabrique de feutre. Évolution de la population : 3355 hab. en 1901, 3330 hab. en 1911. [...]
1900. L'Indépendant rémois, 24 septembre. – Attaque d'un courrier à main armée. — Dans la nuit de dimanche à lundi, vers deux heures du matin, M. Messine, cocher, au service de M. Véron qui a l'entreprise du transport des dépêches par voiture pour Chéry et Fère-en-Tardenois, grimpait la côte escarpée de la route de Chéry à la sortie de Fismes quand, tout à coup, un individu sautait brusquement à la tête du cheval qui s'effrayait et cassait le brancard de droite.
Ne perdant pas son sang-froid devant cette soudaine agression, M. Messine, saisissant son fouet, sautait à bas de voiture et assénait sur la tête du coquin un vigoureux coup de manche de fouet au moment où celui-ci allait lui lancer un coup de couteau catalan qui ne fit que lui couper l'index de la main droite. [...]
Lire la suite dans "Le Pays rémois dans les années 1900"


Juillet-août 1914 : bruits de guerre et mobilisation à Fismes
Quand, vers le milieu de juillet 1914, les bruits de guerre commencèrent à circuler, la plus grande partie de la population ne croyait guère à cette possibilité. Cette tranquillité fut troublée par l'interruption du voyage présidentiel; l'inquiétude augmenta quand on apprit le rappel nominal des derniers libérés. Aussi, dès la fin de juillet, les personnes prudentes se hâtèrent de faire des approvisionnements; plusieurs même songeaient au chauffage. Le vendredi 31, le malaise s'accentua; les magasins furent plus assiégés que jamais; on venait d'apprendre que le service des messageries était arrêté. Le samedi matin, il en fut de même; les gens s'abordaient en se demandant des nouvelles, en signalant les jeunes gens rappelés. Ce même jour, à quatre heures, le tambour se fit entendre qui, plus encore que d'habitude, attira tout le monde aux écoutes. C'était l'ordre de mobilisation. Il se produisit chez les femmes une sorte d'affolement : «C'est la guerre, criaient-elles, c'est la guerre!» [...]
Lire la suite dans "Le Pays rémois dans les années 1900"


C'était Verzenay dans les années 1900
2200 hab. Station du C.B.R. Reims-Ambonnay. Bureau de poste : Verzy. Patron : saint Pierre-ès-Liens, 1er août. Fête patronale : le dimanche suivant. Marché : le jeudi. Passage du facteur : 7 h du matin, 3 h du soir. 456 maisons, 670 ménages. Superficie du terroir : 1062 ha, dont 380 en terres labourables, 320 en bois et 300 en vignes. Station de chemin de fer la plus proche : Sillery, à 6 km. Pays de prédilection des Rémois. Vins blancs très estimés, cendres noires pour engrais. Évolution de la population : 2132 hab. en 1901, 2085 hab. en 1911.
1900. 3 janvier. Obsèques de M. Quenardel-Foureur, ancien maire de cette commune pendant de nombreuses années.
Le Courrier de la Champagne, 11 janvier. – Un acte de vandalisme d'une importante gravité vient d'être constaté dans une pièce de vigne, lieudit les Corettes, appartenant à Mme Chevalier-Prioux, de Verzenay. L'auteur de cet acte inqualifiable lui a coupé cinquante-deux pieds de vigne en beau rapport, d'une manière à ne plus produire. Mme Chevalier en est d'autant plus surprise, qu'exerçant tout le bien possible autour d'elle, elle soit l'objet d'une aussi brutale vengeance. Une enquête minutieuse est ouverte, car de fortes présomptions portent sur le coupable.
29 avril. – Réception d'une pompe à incendie due à la générosité de M. Richez-Rousseau.
Le Courrier de la Champagne, 24 juin. – Un formidable orage s'est abattu hier sur Verzenay et les villages environnants. La pluie et la grêle ont fait rage pendant quelques instants.
1er juillet. – Installation d’une succursale de la Caisse d’Épargne de Reims.
1901. L'Indépendant rémois, 7 janvier. – M. Achille Quenardel-Francinet, propriétaire vigneron, à l'occasion de la mort de sa mère, Mme Marie-Adeline Bernard, a fait distribuer des bons de pain et de viande aux vingt familles indigentes de cette commune. [...]
Lire la suite dans "Le Pays rémois dans les années 1900"
pays_remois_verzenay_gare_cbr.jpg

Verzenay - Chargement de vins en gare.


pays_remois_verzenay_place_mairie.jpg

Verzenay - Place de la Mairie..

CHAMPAGNE !

Champagne !
Jacques Mambret

Le phare de Verzenay

En 1874, Modeste Goulet ouvre un magasin d’alimentation à Reims. Doué pour le commerce et homme d’intuition, il crée les unes après les autres des succursales dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes. Il a épousé Eugénie Turpin qui lui a donné trois enfants — Joseph, Eugène et Louis — qui sont très tôt appelés à donner un coup de main à leurs parents. Dès l’âge de treize ans, ses études achevées, Joseph réapprovisionne régulièrement, en voiture à cheval, les points de vente «Goulet-Turpin» — on en compte déjà quarante-neuf en 1900 — où on trouve de tout : épicerie, boissons, charcuterie, mercerie, confection, droguerie, vaisselle, jouets... Eugène et lui deviennent administrateurs de la société.
En 1909, Joseph Goulet, à qui tout réussit, lance une marque de champagne à son nom et fait construire, au lieu-dit Le Mont-Rizan, sur la commune de Verzenay, un «phare», qui en a bien la forme, mais qui est dépourvu cependant du système optique que le dessinateur lui prête ici. Un belvédère, avec un balcon circulaire, permet au visiteur d’avoir, par beau temps, une vue panoramique sur les environs et la plaine lointaine. Au pied, une terrasse surplombe une guinguette, surtout fréquentée le dimanche : c’est le jour des concerts champêtres et des représentations théâtrales. Tout autour s’étendent des aires de jeux pour les enfants  avec portique et balançoires.
[...]
Lire la suite dans "Champagne !"
occhipinti_phare_joseph_goulet.jpg

Champagne du Phare.
Par F. Occhipinti.
(Jacques Mambret,
Champagne !
, p. 60)