Éditions Fradet
Reims 

Dernière mise à jour :
26/4/2018
 

Dominique fradet - La Montagne Kurde 
La Montagne Kurde

Commandez
La Montagne Kurde

en ligne :
amazon.fr

fnac.com
ou
auprès de l'éditeur

 


 

 

 

Newroz
pa
r Dominique Fradet

    Un train avait quitté dans l’après-midi la station de Bagdad, à Alep, à destination de Rajo, comme chaque jour. Mais personne n’avait pu y monter. Personne, sauf la police. Ses trois wagons en effet avaient été réquisitionnés par les autorités pour acheminer des renforts dans la région d’Afrine. Du train, qui approchait maintenant de la montagne et qui n’en finissait pas de siffler – Tu-u-u-u-t !... Tu-u-u-u-t !... –, les policiers pouvaient voir des feux allumés un peu partout sur les hauteurs.
    Ces feux annonçaient Newroz, autrement dit le «nouveau jour», celui du printemps, celui aussi d’une ère nouvelle que les Kurdes fêteraient avec des danses, le lendemain, 21 mars, en Syrie, en Turquie, en Iran, en Irak et ailleurs pour commémorer le jour de leur libération, lorsque, rapporte la tradition, le forgeron Kawa les débarrassa du tyran assyrien Dehak, un despote sanguinaire qui les opprimait, eux comme d’autres peuples de la région. Kawa avait réussi à s’introduire dans le palais, à s’approcher de Dehak, à le saisir par le cou et à lui asséner un bon coup de marteau sur la tête. Alors, pour annoncer la bonne nouvelle à tous, les Kurdes allumèrent un grand feu, relayé bientôt de sommet en sommet à travers toute la région.
    Newroz n’est pas une fête qui est propre aux Kurdes. On la célébrait partout en Iran depuis longtemps. Mais elle avait pris de l’importance chez les Kurdes en même temps qu’elle s’était politisée depuis les années soixante lorsque les organisations nationalistes s’en furent emparées. Auparavant Newroz était presque inconnu en Syrie comme en Turquie. Maintenant c’était un moment fort du combat des Kurdes pour leur reconnaissance en tant que peuple.
    La célébration de Newroz a longtemps été  rendue difficile par les autorités syriennes. Jusqu’à ce qu’en 1986, à Katakh, dans la montagne Kurde, une manifestation réunisse jusqu’à 100000 personnes. À Damas, un plus grand nombre encore de Kurdes marchèrent sur le palais présidentiel. Les uns comme les autres réclamaient de pouvoir fêter Newroz en toute liberté. Le mouvement de protestation fit deux morts, une petite fille à Katakh et un jeune garçon à Damas. La situation devenait explosive. Soucieuses de relâcher la pression, les autorités décrétèrent que dorénavant le 21 mars serait un jour férié dans le pays.

   Extrait de La Montagne Kurde, © éd. Fradet.




 

 
LES KURDES D'AFRINE,
LEUR HISTOIRE



"Nous avons besoin
d'un coq"

Seydo Diko

Hanif agha

Cheikh Ibrahim

La frontière

Nazlié

Newroz

Mihamad Hemo


kurdes_afrine_newroz_72.jpg

Newroz à Aïn Déra.